Cet été, je parcourais un livre sur l’art, et, pour la première fois, ( je ne comprends toujours pas comment l’idée ne m’en est pas venue plus tôt ) j’ai compté le nombre de femmes référencées. A la première page de la table des matières, sur 90 noms environ, je n’ai trouvé que 4 femmes. Ce rapport est le même, à un ou deux chiffres près, pour les pages suivantes de A jusqu’à Z.

J’ai refait l’expérience avec d’autres livres ou revues d’art. Exceptés ceux ou celles consacrés spécifiquement aux femmes artistes, le pourcentage de femmes citées varie entre 5 et 10%

Dernière exemple en date : le numéro de décembre 2012 d’une grande revue d’art qui annonce en couverture «  Les 100 artistes qui comptent en France » et n’inclue dans cette liste que 10 femmes ( enfin, on est dans la fourchette haute !!! ). Ou ce livre consulté à la librairie du Louvre qui se veut une somme sur l’histoire de l’art et  dans lequel n’est citée  qu’une femme sur les 42 premiers noms d’artistes référencés : ( Marina Abramovic /table des matières de Aalto à Baciccia), ou une seule femme sur 64 noms : ( Dorothea Lange /table des matières de Jacob à Ledoux).

Cette observation vaut également pour moi : si je veux citer de mémoire les femmes artistes que je connais, leur nombre est étonnamment restreint.

Je parle ici de femmes peintres,  dessinatrices, sculpteuses, graveuses, architectes, photographes…. mais c’est la même chose pour les musiciennes, les écrivaines, les scientifiques, les politiques.  

Je ne m’étendrais pas sur les causes de cette situation ( histoire écrite pas les hommes, intériorisation pas nous mêmes , les femmes, du peu d’importance de notre place etc…),  bien des études ont été menées et continuent d’être menées sur la place des femmes dans l’histoire.

Ma réaction a été le fruit des circonstances . Il se trouve que  j’avais retrouvé des jeux de pochoirs de mon grand-père et que je m’amusais avec. C’est ainsi que j’ai commencé à « pocher » sur le volet de protection de ma galerie de Barcelonnette les noms des femmes artistes qui me venaient spontanément à l’esprit ( Georgia O’Keefe, Sonia Delaunay, Camille Claudel, Kusama Yayoï, Louise Bourgeois, Marie Laurencin,  Berthe Morisot, Frida Kalho, Orlan, Zaha Hadid, Artemisia Gentileschi, Sérafine, Sophie Calle…) et je n’allais pas très loin, honte à moi….

J’ai alors entrepris une recherche plus systématique, et, ( merci internet ) j’ai trouvé, sans problème, plusieurs sites consacrés aux femmes artistes et peintres en particulier. De lien en lien, les noms s’ajoutaient aux noms depuis l’antiquité jusqu’à nos jours. De temps en temps, une femme qui ne faisait pas parti du champ des arts plastiques ( une musicienne, une mathématicienne, une écrivaine…) est venue visiter mon esprit et je lui ai trouvé une place à côté de ses sœurs.

Pour chacune, j’ai cherché sa biographie, et cette recherche s’est avérée passionnante.

J’ai découvert des vies étonnantes, des engagements forts, des libertés durement acquises et les stratégies mises en place pour gagner ces libertés.

J’ai découvert des femmes qui avaient accompagné et soutenu leur homme célèbre et ont rarement été soutenues par lui, des femmes célèbres et célébrées en leur temps qui sont retombées dans l’oubli de la mémoire des hommes, des femmes qui voulaient créer et ne demandaient rien de plus que de pouvoir le faire. 

En écrivant leurs noms sur ma porte rouge, c’est un hommage que je leur rends et une solidarité que j’exprime.

P1000450 

PS: je ne mets pas de liens spécifiques avec des sites consacrés aux femmes artistes. Une brève recherche sur internet vous en fournira à votre convenance